TERRES DE SAVEURS ET SAVOIRS

18 février 2013

Proverbe chinois

"Si nous avons chacun un objet et que nous les échangeons, nous avons chacun un objet. Si nous avons chacun une idée et que nous les échangeons, nous avons chacun deux idées."
Posté par TESA31 à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2016

Saluons L’Ouvroir de Cuisine Potentielle (OuCuiPo) . Des jeux de recettes et des recettes en jeux.

Avantage majeur de la littérature sur la cuisine : elle n’a pas besoin d’être comestible. Les rayonnages de nos librairies débordent de livres indigestes, insipides, qui n’ont pourtant jamais tué personne. En cuisine, en revanche, qui sert un plat empoisonnée ira en prison.  Membre de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle), on se souviendra des repas monochromes de Perec dans La vie mode d’emploi, avec par exemple le repas jaune : « gougères à la bourguignonne, quenelles de brochet sauce hollandaise,... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
16 décembre 2016

Que sont nos souvenirs de troquets devenus ! in A contretemps par Jean-Max Clarence

A la veille des fêtes de fin d'année, je ne saurais trop conseiller la lecture des "Troquets de Paris" édité aux éditions de L'Echappée. Et je m'effacerais devant l'excellent compte-rendu qu'en a fait Jean-Max Clarence sur le non moins excellent site A Contretemps. Après avoir ouvert ce livre, je me suis permis de reprendre in extenso, la presque totalité du texte publié sur le site d'A Contretemps. Ne sachant comment le joindre afin de lui demander l'autorisation, j'espère que l'adminitrateur du site n'en sera pas fâché.... [Lire la suite]
26 octobre 2016

Salauds de pauvres ! ou La Traversée de Paris. L'économie du marché noir ou comment livrer un cochon.

1943. Marcel, un chauffeur de taxi au chômage du fait du rationnement d'essence, se reconvertit en passeur de denrées pour le marché noir, et doit transporter de la viande de cochon la nuit à travers Paris occupé.    Sauf que Grandgil, le comparse qu'il a choisit pour l'accompagner, est tout sauf du genre à la fermer, et prend un malin plaisir à se jouer des travers de ceux qui se taisent par lâcheté ou en profitent en ces temps sombres, et occasionnera au duo moults soucis tout au long de leur périple. Un immense... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 juin 2016

Le pain chez Francis Ponge

  Le pain La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 mai 2016

Pain maudit à Pont-Saint-Esprit

Le 17 août 1951, la commune du Gard Pont-Saint-Esprit, est sous le coup d'une intoxication alimentaire collective. Pendant une semaine, des habitants ayant consommé du pain de chez Roch Briand, sont en proie au délire et à des hallucinations. L'issue de cette intoxication est dramatique, avec un bilan humain de cinq morts et de 300 malades, dont près d'une une soixantaine est internée dans des hôpitaux psychiatriques. Plusieurs ouvrages ont été écrits sur cette affaire. Des émissions radiophoniques lui ont été consacrées. Des films... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 23:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 avril 2016

Manger du bon pain dans la cuisine avec Émile Adolphe Gustave Verhaeren, poète.

Emile Verhaeren est né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916. Sans vouloir vexer Jacques Brel, dont on sait l'amour des flamands,il s'agit d'un poète belge flamand, d'expression française. Il fut influencé par la symbolisme, pratiqua le vers libre et fit preuve d'une conscience sociale proche de l'anarchisme notamment dans l'évocation des grandes villes et des gens. Arrêtons-nous un instant pour le lire :   Cuisson du pain Les servantes faisaient le pain pour... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 avril 2016

Aimer La femme du boulanger

Ami lecteur plein d'esprit et lectrice avisée, je sais ce que vous allez dire. Non mais t’as vu ce qu’il va voir au cinéma le B&P :  du cinéma d’antan, des trucs de vieux, du noir et blanc. Et les histoires, je vous dis pas ! des mélos à deux euros ! des films cucul la praline. On se demande ce qu’il lui prend. J'avoue : je suis allé revoir La femme du boulanger de Marcel Pagnol. J'ai toujours été antimoderne. Et j'aime le bon pain ! 1938. Le boulanger Aimable Castanet s'installe avec sa femme Aurélie dans un... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 23:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 mars 2016

Genèse d'un repas. Découvrir ou redécouvrir le cinéma de Luc Moullet

L’œuvre de Luc Moullet reste encore aujourd’hui extrêmement confidentielle, voire carrément ignorée. Ancien critique aux Cahiers du cinéma et réalisateur associé à la Nouvelle Vague, il est l'un des cinéastes français les plus radicaux et les plus originaux, un associable intransigeant et burlesque.  Niché en haut d’un appartement, dont l’ascension est un clin d’œil à son œuvre alpine, Luc Moullet, vaillant critique (Les Cahiers du Cinéma, Trafic ou Les Inrockuptibles) et cinéaste de 70 ans toujours en activité, est un... [Lire la suite]
14 février 2016

Connaître Gérard Oberlé

« J’ai le vin littéraire. Son arôme, son goût me parlent avec des images, des musiques, des voix de personnes aimées, des conversations avec des vignerons défunts… » Ainsi écrit Gérard Oberlé. Gérard Oberlé est né en 1945 à Saverne (Alsace), « territoire bachique », de parents lorrains. Il quitte sa famille à onze ans pour aller dans un collège de jésuites en Suisse, puis dès l’âge de 17 ans, « assure seul sa pitance et se laisse guider par ses curiosités : standardiste de nuit à La Poste, maître... [Lire la suite]
Posté par TESA31 à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]