Catégorie : Au fil de l'actualité 

 

2013-02-15_115331

Nous avons regardé l'émission "Envoyé Spécial" diffusée hier soir sur France 2.

Nous vous invitons à la revoir en replay sur le site de France 2, à partir du lien suivant : http://pluzz.francetv.fr/videos/envoye_special_,77106169.html.

L'émission soulève une question très intéressante : comment continuer à vendre quand le pouvoir d'achat est en berne ? Elle met bien en évidence deux stratégies différentes des acteurs de la filière agro-alimentaire.

La première : réduire les quantités, faire des petits conditionnements. Cette stratégie peut toucher particulièrement les personnes seules ou en couple. D'autant plus si vous vivez dans un espace réduit d'une grande agglomération où les loyers sont élevés. 

La seconde : vendre en volume et jouer sur les promotions. Il est intéressant d'apprendre que plus d'un quart des produits présents en grande distribution, sont vendus en promotion. Après la question "est-ce véritablement des promotions ?" reste posée... Le sujet de la stratégie promotionnelle est un sujet en soi, qui mériterait une investigation journalistique spécifique.

Dans le reportage, il est clairement démontré que les petits conditionnements ne sont vraiment pas une solution à la crise et à la baisse du pouvoir d'achat. Même si, sur le moment, la facture semble plus légère et que cela donne le sentiment de diversifier son alimentation. L'effet pipé : "j'achète moins en quantité mais plus en variété !". C'est un leurre. Les prix au kilo ou au litre sont généralement nettement supérieurs aux conditionnements traditionnels. De plus, consommer plus de petits conditionnements, c'est augmenter votre volume d'emballages annuel. CQFD. Ce comportement ne va pas dans le sens d'une consommation éco-responsable ! 

Reprenons l'exemple de ce jeune homme, présent au début du reportage, qui choisit de prendre un conditionnement de 4 oeufs au prix d'un conditionnement de 6. Son argument est : "j'en consomme trois pour ma quiche et le dernier, je le mettrais dans une salade niçoise. Cela me permet de ne pas gâcher de nourriture". S'il avait fait le choix d'un conditionnement de 6 et acheté un litre de lait (au lieu d'un demi), il aurait pu se faire un gâteau simple, qui aurait égayé son petit-déjeuner tout en lui évitant d'acheter des gâteaux industriels ! Tout cela pour dire, que la solution se trouve à la fin du reportage : le retour à la cuisine et au fait soi-même ! Et arrêtons de dire :"j'ai pas le temps !". Faire la cuisine ne prend pas forcément beaucoup de temps. Tout est affaire d'organisation ! 

N'oubliez pas que cela permet de manger varié et de faire des économies ! 

Nous verrons très prochainement que le secret est dans "l'essentiel à avoir dans ses placards". Nous faisons la promesse d'explorer cette piste pour vous. Alors restez attentifs et en ligne ! 

MG