2013-12-06_110631

On ne peut que saluer l'initiative de ces trois jeunes entrepreneurs, Amélie, Thomas et Baptiste. Fraichement sortis de l'école, ces trois montalbanais se lancent et commencent leur carrière par une sérieuse prise de risque. Chapeau ! Disons plutôt "berret !", car il semble qu'ils aient choisi ce couvre-chef emblématique pour représenter leur entreprise. Sur le site, ils arborent le beret et la marinière ! Une belle façon de communiquer sur les valeurs, les savoir-faire et de la culture française. J'ai dit : "culture", pas identité... Restons ouverts !  On apprécie le clin d'oeil fait à notre ministre du redressement productif. Le message est clair. Les jeunes se lancent et ils ont bien l'intention de faire bouger les lignes des pessimistes. 

Le concept ne s'inscrit pas dans la démarche locavore comme les drives fermiers portés par les chambres d'agriculture et qui fleurissent en Aquitaine et en Midi-Pyrénées. Leur crédo : défendre le "fabriqué en France" et proposer une offre traçée de qualité. Qualité, diversité et praticité, voilà les trois termes qui définissent ce nouveau concept. Toutefois, quand on regarde les produits proposés, on est heureux de constater que la proximité reste un critère de sélection des producteurs. 

On relève l'effort fait sur la praticité, même si le concept a encore des marges de progrès sur cette dimension. Penser un drive ouvert tous les jours, c'est une bonne idée. Une faiblesse, à mon sens, du concept des drives fermiers de "Bienvenue à la Ferme". La camionette urbaine est une super idée. La mobilité permet de s'adapter aux besoins des territoires urbains, qui sont différents selon qu'on habite à Cugnaux ou à Balma. La mobilité permet à la fois de pénétrer dans les quartiers, de tester le concept sur un premier cercle de clients et de garder la flexibilité nécessaire pour laisser au concept le temps de se stabiliser. Ainsi, si le besoin se fait sentir d'implanter un drive dans un zone urbaine, la clientèle est déjà constituée sur le territoire.  Cette idée limite la prise de risque. Bravo les jeunes ! 

Un bémol, la gamme mérite d'être étendue. On n'atteint pas encore le challenge de la variété et la diversité de l'offre. La région Midi-Pyrénée est une première mine à explorer. Le salon de la qualité alimentaire est une premier terrain de jeu (il se déroule la semaine prochaine à Toulouse) mais cela ne compensera pas la nécessité de chausser vos bottes pour aller explorer nos territoires ! 

N'oubliez pas que la praticité passe également par les produits. Par exemple, on regrette de trouver au rayon volaille uniquement le poulet entier (pour info vous pouvez mettre le canard dans le rayon volaille !) Les français mangent majoritairement du poulet découpé... Pensez aux couples de trentenaires qui ont des enfants en bas âge et qui travaillent tous les deux... Ils peuvent prendre le temps de cuisiner le week-end, mais ils ont besoin de solutions clés en main et pratiques pour gérer le quotidien en semaine ! 

Il faut également savoir faire de la saison une force ! En hiver, on aime manger du pot-au-feu, du boeuf bourgignon, de la blanquette de veau, de la poule au pot... malheureusement l'offre proposée à ce jour ne permet pas de réaliser un seul de ces plats emblématiques de l'hiver. En plus ce sont des plats qui économiquement coûtent peu chers... Je reconnais que tout le monde ne sait pas cuisiner, mais j'ai observé que vous aviez un espace "recettes", un espace "assortiments" et un blog, comme on dit "j'y a plus qu'à !" Et cuisiner un pot-au-feu le dimanche soir, permet aux jeunes parents d'assurer les repas de lundi et mardi soir ! Elle est pas belle la vie ? 

Bon question prix ? On doit reconnaître qu'ils restent compétitifs par rapport aux produits de qualité équivalente proposés par la grande distribution ou chez les artisans des métiers de bouche (boucher, épicier, etc.) Sauf peut-être pour le saucisson à 12 € pièce (30 € le kilo)... ça fait un peu cher l'apéro ! 

La question reste posée : vais-je m'inscrire ? Pour l'instant j'hésite... La camionnette passe encore loin de ma zone d'habitation. Maintenant je me dis en m'inscrivant, je suis assurée : 

  •  d'avoir des produits de qualité 
  • de soutenir l'agriculture locale et nationale, 
  • de soutenir l'initiative de trois jeunes entrepreneurs qui osent prendre des risques et penser les offres de distribution alternatives d'aujourd'hui et de demain, 

Place aux jeunes ! Bonne route ! 

http://cocorico-toulouse.fr/

http://mon-cocorico.com/

 

MG