bbcb

Dans la chanson de Georges Brassens "Le nombril des femmes d'agent", le barde sétois nous conte la mésaventure d'un vieil homme très intéressé par les nombrils féminins. Il succomba au moment où la femme d'un agent de police allait mettre fin à sa frustration en lui dévoilant son nombril lui qui n'avait jamais vu celui de la femme d'un agent de la force publique. Nous n'épiloguerons pas sur cette fin tragique à une époque où jeunes filles et jeunes garçons n'ont plus aucun complexe à dévoiler leur nombril.

Mais sait-on le lien qui existe entre le nombril et la gastronomie italienne ? Peut-être pas.

L'excellent blog littéraire et humoristique Locus Solus nous l'apprend. Et l'histoire de cette origine vaut d'être connue. Elle est extraite de l'ouvrage de Bill Buford Chaud brûlant (Heat) Bourgois éditeur.

"En dehors de la péninsule italienne, vous voyez plus souvent écrit «ravioli » que « tortelli », pourtant les deux termes semblent avoir été employés indifféremment depuis des siècles. D'un point de vue technique, le ravioli est la farce (on peut encore trouver des ravioli nudi, des raviolis nus, qui ont l'aspect de petites boulettes et donnent l'impression que le chef avait épuisé ses réserves de farine) et les tortelli sont l'enveloppe. Tortelli est le diminutif de torte -- tourte ou tarte -- et la tourte est le plus vieil aliment d'Italie. Au Moyen Âge, ce n'est encore guère qu'un pain rond au cœur duquel est enfouie une petite gâterie.

Des recettes sont publiées dans le Liber de coquina, le premier livre de cuisine connu en Italie, écrit vers la fin du XIIIe siècle. (Les autres pâtes de Miriam, les tortellini -- diminutif de tortelli --, sont de beaucoup plus petite taille et datent d'une période moins lointaine, sans doute du début de la Renaissance, en qualité de spécialité de Bologne. D'après la légende, ils auraient été inventés par un boulanger imaginatif, en hommage au nombril de la femme mariée avec qui il avait une liaison -- œuvre si fidèle à l'original que la ressemblance sauta aux yeux du cocu.)"

 On voit par là que si la perfection est de ce monde, la contrefaçon l'est aussi et que le ventre des femmes est toujours autant objet de convoitise.

B&P