Oui, je sais, je vais paraître un peu obsessionnel. Il s'avère que j'ai un goût quelque peu prononcé pour un breuvage venu des brumes écossaises et irlandaises. Lequel me rend moi-même parfois brumeux. Une contributrice attitrée de ce blog vous le confirmera. Nul n'est parfait et surtout pas moi.

Nous devons l'information à l'excellent site slate.fr et sa chroniqueuse Christine Lambert. Le plus grand salon de dégustation d’Europe, le Whisky Live Paris (WLP), dont Slate est partenaire, prend ses quartiers en bord de Seine, à la Cité de la Mode, les 26 et 27 septembre. L’événement qu’aucun amateur de malt ne doit rater. 

 "Le WLP se déroulera sur un plateau de 3.400 m2 qui réunira sur un même planisphère tous les continents des spiritueux, plus de 130 marques (15% d’exposants supplémentaires comparé à la dernière édition), des bars, des masterclasses, etc. Autrement dit, pas question de se pointer en tongs: on révise avant, et on se tient prêt pour profiter autant que possible de tout ce que 

l’événement a à nous offrir." 

WLP s’avère le plus bel observatoire des tendances qui émergent ou se confirment, Thierry Benitah, son organisateur et patron de La Maison du Whisky, en est la vigie : «2015 a confirmé que nous sommes désormais en présence d’un marché à deux vitesses, relève-t-il. D’un côté les whiskies à moins de 50€ essentiellement présents en grande distribution, et de l’autre des produits à plus de 100-150 € qui partent aujourd’hui très vite. Autres confirmations: la forte demande pour les produits de niche, les malts plus exclusifs, et l’explosion du nombre de distilleries. Chaque matin quand on se lève, une nouvelle sort de terre, impossible de les compter! Les whiskies japonais restent très forts, bien que le choix se resserre, les bourbons et les ryes s’envolent, portés par la mixologie, les irish également, et les whiskies du monde, tirés par deux locomotives, le taïwanais Kavalan et l’indien Amrut. Parmi les nouvelles tendances, on observe une multiplication de l’offr

 

e de whiskies de grain, y compris chez les négociants. Du jamais vu. Reste à savoir si le public suivra. On constate une demande en hausse pour les malts français, et l’émergence des produits à façon, c’est à dire créés par des distilleries pour diverses marques. Enfin, les blended malts, bien placés en termes de prix, séduisent de plus en plus. En revanche, l’intérêt pour les micro-distilleries, s’il est réel, souffre d’un léger retard par rapport à la folie qui s’est emparée du monde. On sent que les Français restent encore attirés par les produits un peu plus âgés.»    

DR

 Par ailleurs, «Comme on le pressentait, poursuit Thierry Benitah, le marché

des collectors atteint des sommets et devient une part importante de notre chiffre d’affaires en boutique.» 

Réconfortant pour l'auteur de ce blog, les vieux ont la côte. Et poursuit Christine Lambert :  "les stocks de vieux whiskies fondant plus vite que la calotte glacière sous l’effet de l’avide soif mondiale pour les malts, les distilleries ont dû se résoudre à faire tomber l’âge de leurs étiquettes sur le sujet. Depuis trois ou quatre ans, les NAS (No Age Statement, autrement dit whiskies sans compte d’âge) prennent d’assaut le marché. En avant-première au WLP, allez déguster les Dalwhinnie Winter’s Gold, distillé dans le coin le plus frisquet d’Ecosse, Oban Little Bay, Hibiki Harmony, Scapa Skiren, produit dans les îles Orcades, le Kavalan Distillery Reserve (tourbé) édité pour le Whisky Live, le Chichibu Peated 2015 (à 62,5%), le Glenfiddich The Original, reproduction très attendue du «Straight Malt», le whisky qui inventa le single malt au début des années 60… Les deux nouveaux NAS des distilleries de Nikka, Yoichi et Miyagikyo, qui ne sortiront qu’en début d’année prochaine. "

Même du côté de chez nous, in France, ça marche bien, notamment Les B

retons d’Armorik, qui tirent le marché français, mais aussi ceux d’Eddu viennent avec leur plus vieux whisky, le Diamant. "Le Domaine des Hautes Glaces se pointe avec son rye Vulson White Rhino. Et le Lorrain Rozelieures apporte son bien joli Tourbé Collection, auréolé d’une médaille d’or au Concours général agricole et qui arrivera sur le marché courant octobre." Avis aux amateurs l'entente franco-britannique est toujours là n'en déplaise à David Cameron.

On pourra aussi goûter avant-tout-le-monde les "distillats vieillis de Costwolds (des Anglais qui fabriquent un gin superbe), Glasgow Distillery, The Shed Distillery (des Irlandais), Kyro (des Finlandais), Wolfburn, au nord de l’Ecosse, dont l

e malt plein de promesse et presque majeur sortira au début 2016…" Quelle aubaine !

 

DR

Comme l'écrit Christine Lambert : "Toutes les gammes des Last Great Malts of Scotland des distilleries Dewar seront réunies, Aberfeldy, Craigellachie (mamma mia…), Aultmore (oh my god) et les deux dernières à sortir: Deveron et Royal Brackla. Vous serez tenté d’y passer la journée. Résistez: il y a d’autres must." Et on ne vous dit pas tout. Va falloir vous déplacer et fissa ! 

On aura même un whiskey sans gluten (ça va plaire à une amie) élaboré à base de millet venu d'Amérique. Jack (Daniel’s) sera des nôtre, et Woodford fera découvrir son rye.

Et si  vous en avez assez du whisky vous pourrez toujours aller voir d

u côté du rhum,du calva, du cognac, de l’armagnac…  Y'en aura pour tous les gosiers. Mais Christine Lambert n'omet pas de préciser, "j’oubliais: le liquide incolore dans les bouteilles transparentes posées sur chaque stand, c’est de l’eau. N’ayez pas peur, elle vous veut du bien entre deux dégustations." On n'est jamais assez prudent et j'en sais quelque chose.

Allez à bientôt et rendez-vous au bar ! 

B&P (Prêt à étancher sa soif)

Whisky Live Paris : Samedi 26 et dimanche 27 septembre (journée professionnelle le 28), de 13h30 à 19h30 (12h30 pour les Pass VIP). Cité de la Mode et du Design, 34, quai d’Austerlitz, Paris XIIIe. Renseignements, programme et réservations:

 

8a101b54c6f0ea7e84ef757eb58ca8fc_w194