Nouveau volet dans notre grand dossier sur les courges, connaissez-vous ce poème ? 

BarreDoyezGlandetCitrouille

LE GLAND ET LA CITROUILLE

Fable, JEAN DE LA FONTAINE,

Le Gland et la Citrouille  Livre IX, fable 4

 

Dieu fait bien ce qu’il fait. Sans en chercher la preuve

En tout cet Univers, et l’aller parcourant,

Dans les Citrouilles je la treuve.

Un villageois, considérant

Combien ce fruit est gros, et sa tige menue

A quoi songeait, dit-il, l’Auteur de tout cela ?

Il a bien mal placé cette Citrouille-là :

Hé parbleu, je l’aurais pendue

A l’un des chênes que voilà.

C’eût été justement (1) l’affaire ;

Tel fruit, tel arbre, pour bien faire.

C’est dommage, Garo, que tu n’es point entré

Au conseil de celui que prêche ton Curé ;

Tout en eût été mieux ; car pourquoi par exemple

Le Gland, qui n’est pas gros comme mon petit doigt,

Ne pend-il pas en cet endroit ?

Dieu s’est mépris ; plus je contemple

Ces fruits ainsi placés, plus il semble à Garo

Que l’on a fait un quiproquo.

Cette réflexion embarrassant notre homme :

On ne dort point, dit-il, quand on a tant d’esprit.

Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme.

Un gland tombe ; le nez du dormeur en pâtit.

II s’éveille ; et portant la main sur son visage,

Il trouve encor le Gland pris au poil du menton.

Son nez meurtri le force à changer de langage ;

Oh, oh, dit-il, je saigne ! et que serait-ce donc

S’il fût tombé de l’arbre une masse plus lourde,

Et que ce gland eût été gourde ?

Dieu ne l'a pas voulu : sans doute il et raison ;

J’en vois bien à présent la cause.

En louant Dieu de toute chose,

Garo retourne à la maison.